Les grandes fêtes Indiennes

Une foule de festivités rythment la vie des Indiens tout au long de l’année, grand festival hindou, manifestation culturelle d’envergure ou encore compétition sportive. L’une ou l’autre de ces festivités peut être, à elle seule, l’occasion d’un voyage. Les fêtes les plus exceptionnelles ont lieu pendant l’hiver mais les dates de la plupart d’entre elles sont déterminées par le calendrier lunaire.

  • 3

    Holi

    Holi

    Holi, la fête des couleurs. « Bura na namo, holi hai », « Ne soyez pas fâché, c’est Holi ». Holi, est une grande fête hindoue et fête religieuse qui célèbre durant deux jours à la fois le retour du printemps et la célébration de la fertilité. Holi est célébrée dans tout le pays au cours de la pleine lune du mois de phâlguna (février/mars). Les règles sociales sont, à cette occasion, suspendues ; hommes et femmes, vêtus de blancs, flirtent, dansent dans les rues et s’aspergent, dans une ambiance bon enfant, de pigments dont chaque couleur revêt une signification symbolique : orange pour l’optimisme, bleu pour la vitalité, rouge pour la joie et l’amour, vert pour l’harmonie. Les femmes apostrophent les hommes, les dalits (Intouchables) invectivent les brahmanes…  Ce rituel, qui célèbre la fécondité et la fusion avec le divin, est aussi une occasion unique sans considération de castes de se mélanger et rompre les barrières sociales. 
  • 3

    Hemis Setchu

    Hemis Setchu

    Tous les ans, au cinquième mois tibétain (juin/juillet), Hemis, le plus grand monastère du Ladakh commémore la naissance du sage indien Padmasambhava, fondateur du bouddhisme tantrique himalayen. Vêtus de robes de soie jaune et portant des masques figurant les démons de l’enfer, six lamas dansent au son des tambours dans la cour du monastère. Les robes tourbillonnent, les pieds frappent le sol … et six autres moines les rejoignent, représentant les forces du Bien. La lutte se joue en une chorégraphie sophistiquée, l’assistance retient son souffle. Aux portes du sanctuaire, les marchands ambulants vendent aux fidèles des offrandes de fleurs. Au crépuscule, la foule quitte le monastère dans un joyeux désordre de chevaux, mules et scooters : comme chaque année, le Bien a triomphé sur le Mal. 
  • 3

    Ganesh Chaturthi

    Ganesh Chaturthi

    A la fin de l’été (Août/Septembre), à Bombay, plus de deux millions de fidèles se rassemblent pour célébrer l’anniversaire du Dieu à tête d’éléphant. Ganesh Chaturthi (la fête de Ganesh) est une cérémonie indienne au cours de laquelle le Seigneur Ganesh, fils de Shiva et de Pârvatî, est vénéré. Ganesh est ainsi honoré pendant plus de dix jours, et au dernier jour de la fête, une foule en transe, tambours battants et vêtements flamboyants, des effigies géantes portées sur des charrettes ornées de fleurs conduisent leur idole jusqu’à la plage de Chowpatti, pour immerger les statues à son effigie, aux cris de « mangal moorti ! », « toi qui porte chance, reviens-nous vite ! ». Cette fête, célébrée dans toute l'Inde, est particulièrement populaire dans l'État du Maharashtra (Mumbai, Pune). Ganesh Chaturthi a lieu pendant le mois de Badhra ou Bhādrapad, sixième mois du calendrier hindou, qui correspond environ à la période du 20 août au 15 septembre du calendrier grégorien. La fête dure toujours un nombre impair de jours, jusqu'à onze, voire treize.
  • 3

    Durga Puja

    Durga Puja

    La plus importante fête du Bengale célèbre la victoire de la déesse guerrière Durga contre le démon Mahishashura. Elle se déroule à Calcutta du sixième au dixième jour de la croissance de la lune du mois de Ashin (Septembre/Octobre). Cette célébration honore la femme et sa puissance. La légende dit que le démon Mahishashura voulait obtenir du Dieu Brahma la vie éternelle. Celui-ci, heureux de ce dévouement lui prédit qu’il ne pourrait mourir que de la main d’une femme. Mahishashura ravi considéra cette bénédiction comme un vœux de vie éternelle ne croyant pas qu’un jour une femme pu le battre. Il partit confiant en guerre contre les Devas. Ceux-ci perdant leur bataille se tournèrent vers les trois dieux, Shiva, Brahma et Vishnu. Combinant leurs pouvoirs ces trois dieux créèrent la déesse Durga, une femme capable de battre le démon. Le tuant de ses mains, Durga sortie vainqueur. A Calcutta plus de 2 000 pandals, temples éphémères, de bambous et de tissus, érigés en l’honneur de Durga, sont édifiés. Ce sont de véritables œuvres d’art – dragons, papillons, tête de Boudha, chaque temple est unique ! Jusque tard dans la nuit, on se presse avec les Bengalis pour les visiter.  Le dernier jour du festival, les statues sont transportées au rythme de la musique et des danses dans les rues de la ville. A la fin de la journée, les statues sont immergées dans l’eau. 
  • 3

    Rajasthan International Folk Festival

    Rajasthan International Folk Festival

    Le Rajasthan International Folk Festival a lieu chaque année à Jodhpur, la ville bleue, pendant la pleine lune de Sharad Poormina (octobre/novembre) - la pleine lune la plus lumineuse de l’année. Il célèbre un héritage musical riche comme les musiques innovantes où le hip hop se mêle aux musiques traditionnelles rajasthanies. Cet évènement d’effervescence culturelle qui s’ouvre sur le monde se prolonge durant quatre jours et quatre nuits au sein du fort de Meherangarh qui surplombe la ville bleue et le désert, mêlant des mélopées soufis jusqu’aux rythmes électro. Ce festival qui a débuté en 2007 réuni plus d’une centaine d’artistes chaque année.
  • 3

    Diwali - Fête des lumières

    Diwali - Fête des lumières

    A chaque nouvelle lune du mois de Karthik (Octobre - Novembre) a lieu Diwali ou Deepavali, l’une des plus populaires fêtes hindoues. Connue aussi comme la ‘fête des lumières’, elle symbolise la victoire de la lumière sur les ténèbres, de la connaissance sur l’ignorance. Hindous, Diwali vient du mot sanscrit Dipavali, ‘dipa’ signifiant lampe ou lumière et ‘avali’, une série ou ligne. Diwali est donc traduit littérallement par ‘une série de lumières’. Lors de Diwali, les villes brillent de mille feux et une ambiance féérique et joyeuse règne.  Sikhs et Jaïns célèbrent à cette occasion et durant cinq jours cette fête des lumières, qui commémore le retour du Dieu Rama et de son épouse Sita après leur combat victorieux contre le démon Ravana. La fête marque le passage à une nouvelle année. C’est au troisième jour, dit « de la nuit sans lune », que la fête prend toute son ampleur. En effet, les femmes disposent au sol, aux fenêtres et sur les balcons des bougies et des lampes à huile en terre cuite, qui indiquent le chemin à Rama et Sita, illuminant ainsi la ville de milliers de flammes vacillantes.